Vincent Caillé est un des coups de cœur de la revue Le Rouge et Le Blanc. Dans l’article qui a été récemment consacré à ce talentueux vigneron de la région nantaise, présent depuis quelques années dans notre catalogue de printemps, nous apprenons trois choses importantes : 1. L’année 2016 a été catastrophique : le gel, ensuite la pluie et enfin le mildiou ont frappé sérieusement le vignoble. Conséquence immédiate : depuis que Vincent vinifie, c’est sa plus petite récolte. Et donc, il faut s’attendre à une augmentation des prix ! 2. 21 ha du domaine sont certifiés Demeter à partir du millésime 2016 ; quant aux 5 ha restants, ils sont en conversion bio. 3. Deux nouvelles cuvées apparaissent : a. Le muscadet- sèvre-et-maine, Gorges 2012 : issu d’une parcelle de vignes de 55 ans sur un terroir de gabbro, une ancienne roche magmatique ; b. Le muscadet- sèvre-et-maine, Terre de Gneiss 2014 : il s’agit d’une cuvée issue de vignes de melon de Bourgogne plantées en 1954. Il n’y en aura pas pour tout le monde, le millésime n’ayant donné que 1899 bouteilles et 172 magnums.

Pour l’instant nous ne pouvons qu’espérer que les adhérents des CDC aient la possibilité d’acquérir quelques flacons de ces (rares) nouveautés.

Syrahier

(Source : Le Rouge te Le Blanc, n° 123, Henri-Noël Lagrandeur)