Chers Amis des Compagnons du Cep,

À l’aube de cette année 2017 que nous espérons source de joie et d’accomplissement pour chacun, nous avons le plaisir de vous retrouver pour nos allocations annuelles, signal de votre confiance renouvelée qui nous permet d’avancer sereinement dans notre quête de plénitude vineuse, à travers nos nombreux projets (biodynamie, plantations massales, nouvel intercep, expériences en grappes entières…). Le magnifique millésime 2015 est pour nous l’occasion d’une petite révolution puisque notre cuvée principale en rouge change de nom : L’Infidèle devient ainsi Terre de Jonquières tout en restant fidèle (c’est bien la moindre des choses !) à son identité en assemblant les cinq cépages de l’appellation et les terroirs de cailloutis et d’argilocalcaires. Cette évolution épouse symboliquement celle du Languedoc. En effet, quand L’Infidèle naît avec le millésime 1998, faire de grands vins de terroir en Languedoc est encore une démarche révolutionnaire, tant au niveau régional en bousculant les (mauvaises) habitudes et en refusant les paresseux renoncements, qu’au niveau national et international où le Languedoc est trop souvent cantonné au royaume des petits vins. Il nous semble qu’aujourd’hui, même si le chemin est encore long, le Languedoc a acquis le respect des amateurs et des professionnels, et qu’il passe à la phase suivante, celle de la définition fine des terroirs et de leurs identités. La reconnaissance en AOC des Terrasses du Larzac en a été un symbole marquant. Ainsi après 17 millésimes dont 15 comme cuvée principale, L’Infidèle tire sa révérence avec le sentiment du devoir accompli, et laisse la place à Terre de Jonquières, symbole de notre attachement fort à ce lieu vibrant au cœur des Terrasses du Larzac.

Nous avons donc le plaisir et la fierté de vous proposer cette année : 1. De superbes rouges 2015, à la hauteur de l’attente suscitée par ce millésime depuis sa naissance. Terre de Jonquières est dans la lignée de L’Infidèle 2010, avec cette profondeur et ce côté séveux, tout en gardant un supplément de fraîcheur typique du millésime et un surcroît de finesse qui reflète l’évolution de notre travail ces dernières années. Les Combariolles affiche comme de coutume un supplément de race et d’allonge, avec une incroyable plénitude de jeunesse qui ne l’empêchera pas de s’épanouir sur 20 ans. 2. 2. Un millésime 2016 intense en blanc et en rosé, où l’incroyable sécheresse de l’été se retrouve dans la profondeur des bouches et le festival des arômes, mais aussi paradoxalement dans la belle tonicité des finales minérales. Ainsi, L’Etincelle s’annonce vibrant (avec des chenins et grenaches blanc superbes) et Qu’es Aquo d’une magnifique plénitude.