Dans le numéro d’avril 2017, la RVF attire la curiosité des lecteurs dès la couverture sur laquelle on peut notamment lire : « Ces fabuleux côtes-du-rhône, 100 cuvées de pur plaisir de 5 à 25 euros. » L’amateur de vins rhodaniens que je suis se précipite à la page 102 : 100 cuvées y sont classées selon les notes obtenues. Surprises : la note la plus basse est de 13/20 et la plus élevée 16/20 (un seul domaine : Marcel Richaud et sa cuvée L’Ébrescade, AOP Cairanne) Je m’interroge : si on qualifie de fabuleux un vin noté 16/20, quel serait l’adjectif adéquat pour un vin qui obtiendrait 18 ou 19 ? Dans ce même classement, le Domaine Saladin classe deux de ses vins (14 et 14,5/20) : je n’ai jamais compris pourquoi le travail des deux sœurs Saladin n’a pas été apprécié par nos adhérents. Les goûts et les couleurs… Et dans ce même numéro, quatre pages sont consacrées au domaine Villa Minna Vineyard, un autre échec chez les CDC. Un domaine que Jean-Jacques et moi avions visité il y a quelques années : lui se montrant réticent, moi enthousiaste. Les adhérents lui ont donné raison.